Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Morphée dans tous ses états

Morphée dans tous ses états

Dormir et rêver... Quoi de plus naturel ! Et pourtant chaque nuit des milliers de personnes vivent un enfer... Conseils, nouvelles techniques, humeur du moment, films, nouvelles, BD, dessins,événements, tout ce qui concerne le sommeil est dans le blog du Réseau Morphée.

Paralysies du sommeil et hallucinations hypnagogiques


Et je dirai aussi, cauchemars…

Le documentaire qui suit  présenté par Planète sur le mode d’un thriller est intéressant car il montre bien le vécu de certains patients, en particulier narcoleptiques qui vivent ces « expériences » troublantes comme ils le peuvent. Il est vrai que lorsque les sens nous envoient de faux signaux,  notre cerveau, et tout notre être,  cherche à expliquer. Parfois ne trouvant pas les mots et les personnes pour apporter les clés on se construit une fausse réalité, qui s’intègre dans le vécu de tous les jours comme ce que vit la dame du film.
Dans le film, qui n’est pas d’une rigueur scientifique absolue, malgré le commentaire d’un médecin, sont mélangées au moins 3 notions qui, c’est vrai se rejoignent : les paralysies du sommeil, les hallucinations hypnagogiques et les cauchemars.

Les paralysies du sommeil peuvent survenir à tout moment lors des transitions entre le sommeil et l’éveil, particulièrement au sortir d’un épisode de sommeil paradoxal où physiologiquement le corps est paralysé. Très angoissantes ces paralysies peuvent durer de une à plusieurs minutes avec la sensation de ne pas pouvoir parler, ni bouger, alors que la personne se sent réveillée. Elles correspondent à une dissociation entre les mécanismes qui contrôlent l’éveil cérébral (la personne est bien réveillée) et ceux qui contrôlent l’atonie (la paralysie) musculaire qui sont encore actifs.

Les hallucinations hypnagogiques se traduisent essentiellement par des hallucinations visuelles ou auditives, avec souvent des sensations corporelles désagréables,  sur la peau (peau qui se cartonne ou se durcit…), sensation d’oppression thoracique…, de corps très lourd… Ces hallucinations sont très vivaces et dérangeantes, souvent désagréables. La personne hésite à en parler de peur de passer pour folle. Elles sont liées à une irruption d’un équivalent de rêve alors que le cerveau est partiellement réveillé.

Quand aux cauchemars, il y a toujours dans la terminologie grand public une confusion entre les terreurs nocturnes et les mauvais rêves. Ils font référence à un vécu onirique désagréable, à thème de poursuites, d’étouffement, d’attaque, où la personne chercher à fuir et ne peut pas échapper à la situation.
On imagine combien cette physiologie complexe de notre cerveau lors du sommeil ou des états de transition entre le sommeil et l’éveil, peut perturber le vécu de la personne et contribuer à des croyances paranormales.

Mr King, vous n’êtes pas loin de tout ça ! Quel cauchemar !




Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

sieglind la dragonne 15/07/2008 16:42

je garde ce lien vidéo... j'ai loupé le truc, alors que j'y suis souvent sur Planète'... cherchez l'erreur.... Très intéressant en plus (quand on émet quelques réserves, ça permet de relativiser aussi, bien de nous avoir signalé la rigueur scientifique un peut bancale parfois, j'aurai tout gobé, le fil et l'hameçon, j'me connais hé, hé.