Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Morphée dans tous ses états

Morphée dans tous ses états

Dormir et rêver... Quoi de plus naturel ! Et pourtant chaque nuit des milliers de personnes vivent un enfer... Conseils, nouvelles techniques, humeur du moment, films, nouvelles, BD, dessins,événements, tout ce qui concerne le sommeil est dans le blog du Réseau Morphée.

Un petit sondage estival !

 

En vacances, décompressez, dormez, laissez vous profiter de ces moments où le temps ne compte pas pour reconstituer votre capital anti-stress… Le sommeil est fondamental dans cette étape pour vous ressourcer.

 

Mais combien de temps dormez- vous ? Cliquez-ici

 

Et… Faites- vous la sieste ? Cliquez-ici

 

Réponses et commentaires dans un prochain article.

 

Merci de votre participation…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

psychoreve 14/08/2009 09:33

Article paru aujourd'hui sur la page d'accueil d'Orange. Je n'ai pas d'autre moyen pour vous l'adresser.
La modification d'un gène pourrait expliquer pourquoi certains dorment moins
 
La mutation d'un gène pourrait expliquer le fait que certaines personnes aient moins besoin de dormir que les autres, affirment des chercheurs américains dont l'étude est publiée jeudi dans la revue Science.
Une équipe de chercheurs, menée par Ying-Hui Fu, professeur de neurologie à l'Université de Californie (ouest des Etats-Unis), a découvert, alors qu'elle menait une vaste étude sur le sommeil, un gène mutant chez une mère et sa fille qui ne dormaient que six heures par nuit sans ressentir de fatigue.
"L'équipe a identifié une mère et sa fille qui toute leur vie ont eu moins besoin de dormir que la plupart des individus", explique la professeur.
Le temps moyen de sommeil nécessaire chez un individu se situe entre 8 heures et 8 et demie, et 7 heures 45 minutes après une journée non-travaillée.
L'analyse d'un gène, le DEC2, réputé réguler les cycles du sommeil, a montré une modification chez ces deux personnes.Pour confirmer leur hypothèse, les chercheurs ont introduit ce gène mutant dans l'organisme de souris et ont observé leur sommeil. "Les souris dormaient moins (...) et avaient moins besoin de récupérer lorsqu'elles avaient été privées de sommeil", a affirmé Mme Fu.
Selon elle, le gène DEC2 "pourrait être impliqué dans la modulation de quantité de sommeil seule ou bien dans le processus de maintien en éveil".
"Le cas des souris doit nous donner l'occasion d'étudier de façon plus précise si il y a d'autres comportements ou d'autres conditions physiologiques associés à ce syndrome du sommeil court", conclut l'auteur principale de l'étude.

Morphee 15/08/2009 17:57


Merci Psychorêve! Un article est prévu sur ce sujet passionnant... Bientôt