Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Morphée dans tous ses états

Morphée dans tous ses états

Dormir et rêver... Quoi de plus naturel ! Et pourtant chaque nuit des milliers de personnes vivent un enfer... Conseils, nouvelles techniques, humeur du moment, films, nouvelles, BD, dessins,événements, tout ce qui concerne le sommeil est dans le blog du Réseau Morphée.

Evaluation et suivi des patients : rapport annuel partie II

 

Vous pouvez retrouver la partie I ici

 

i.    Amélioration du sommeil

 
2 questions posées aux patients permettent d’évaluer l’amélioration de leur sommeil :


-    Sont-ils toujours suivis pour leur problème de sommeil ?
-    Quelle perception ont-ils de leur sommeil au moment de l’enquête ?


Etes-vous toujours suivi pour vos problèmes de sommeil ?
45% des patients qui ont répondu au questionnaire annuel sont toujours suivis pour leur problème de sommeil, ce résultat étant plus élevé pour les patients orientés vers un spécialiste du sommeil (49%).

Pour ces derniers, l’enquête cherche ensuite à savoir si le patient est toujours suivi par le médecin vers lequel le réseau l’a orienté : c’est le cas pour 57.1% d’entre eux.

A ce jour, vous diriez que vos problèmes de sommeil sont :
□ Pire qu’avant    □ Pareil qu’avant     
□ Cela va un peu mieux    □ Cela va beaucoup mieux
□ Je n’ai plus de problème de sommeil

A distance de l’orientation, 76% des patients indiquent aller mieux. Les patients dont les problèmes de sommeil se sont aggravés ne représentent que 2% des patients. Il n’y a pas de différence notable selon que les patients aient été orientés vers un atelier insomnie ou vers un spécialiste du sommeil.

Figure. Etat sur les problèmes de sommeil des patients au moment de l’enquête.
Capture-d-ecran-2014-04-04-a-12.04.22.png

 

Combinaison des réponses aux deux questions précédentes :
Les patients qui sont toujours médicalement suivis pour leurs troubles de sommeil sont plutôt des patients qui ne vont pas très bien (36.8%), alors que les patients non suivis sont globalement des patients qui vont mieux pour 87.7% d’entre eux.

 

Capture d’écran 2014-04-04 à 12.05.47

 

ii.    Consommation de médicaments pour dormir
Les patients sont interrogés sur leur consommation de médicaments pour dormir lors de l’évaluation à 3 mois puis dans le questionnaire de suivi annuel.

Evaluation à 3 mois :
48% des patients ont déclaré prendre des médicaments pour dormir à trois mois mais 49% d’entre eux indiquent une diminution de leur consommation.

Capture-d-ecran-2014-04-04-a-12.13.15.png

 

Dans le cadre de l’évaluation annuelle, nous interrogeons les patients sur leur consommation en leur demandant : « Où en êtes-vous aujourd’hui de votre prise de médicaments pour dormir ? », pour répondre ils ont leur choix entre les réponses suivantes : 1 - Je ne prenais pas de médicaments et je n’en prends toujours pas ; 2 – Je prends plus de médicaments qu’avant ; 3 – Je prends moins de médicaments qu’avant ; 4 – Ma consommation n’a pas évolué ; 5 – J’ai arrêté les médicaments pour dormir.

Les réponses à cette question nous permettent de dire que, au moment de l’évaluation annuelle :
•    53% des patients ne prennent pas de médicaments (2013 : 51%)  qui se décomposent en :
o    35 % n’en prenaient pas au moment de l’orientation (2013 : 31%).
o    18% déclarent avoir arrêté les médicaments (2013 : 20%)
•    47% des patients prennent des médicaments (2013 49%):
o    24% ont diminué leur consommation, (2013 :33%)
o    15% ont une consommation stable, (2013 :12%)
o    8% prennent plus de médicaments qu’avant la prise en charge (2013 :4%).

Capture-d-ecran-2014-04-04-a-12.14.09.png

Bien que la question posée ne soit pas identique à trois mois et à un an, nous pouvons quand même dire que les effets sur la prise de médicaments est durable.

 

a)    Evolution clinique des patients orientés
L’intensité des troubles ressentie par les patients a baissé entre le moment de leur inclusion et l’évaluation annuelle. Cette tendance s’observe aussi bien pour les anciens patients que pour les nouveaux, et qu’ils aient été orientés vers un atelier ou vers un spécialiste du sommeil.

Capture-d-ecran-2014-04-04-a-12.15.14.png

Cette baisse de l’intensité va avec une amélioration de la qualité de sommeil et de la qualité de l’éveil. Cette amélioration est la même pour l’ensemble des patients, qu’ils aient été orientés dans l’année ou avant. 

Capture-d-ecran-2014-04-04-a-12.16.01.png

Cette baisse est constatée pour les autres échelles utilisées pour l’évaluation clinique : l’ISI (index de sévérité de l’insomnie), la dépression (Pichot), et la somnolence (Epworth).

Capture d’écran 2014-04-04 à 12.18.44

Pour l’échelle d’anxiété, on constate que les anciens patients ont une anxiété qui a augmenté, alors que les patients qui ont été orientés dans l’année vers un spécialiste du sommeil ou vers un atelier insomnie ont vu leur anxiété baisser. Nous n’avons pas d’explication concernant ces différences de profil.

Capture d’écran 2014-04-04 à 12.16.55-copie-1

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article