Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Morphée dans tous ses états

Morphée dans tous ses états

Dormir et rêver... Quoi de plus naturel ! Et pourtant chaque nuit des milliers de personnes vivent un enfer... Conseils, nouvelles techniques, humeur du moment, films, nouvelles, BD, dessins,événements, tout ce qui concerne le sommeil est dans le blog du Réseau Morphée.

Le manque de sommeil altère le fonctionnement des gènes

kissing.jpgLe manque de sommeil et les perturbations du rythme circadien sont associés à des résultats négatifs sur la santé, dont l'obésité, les maladies cardiovasculaires et des troubles cognitifs, mais les mécanismes impliqués restent largement inexplorés.

Dans une étude menée par l’équipe de Derk-Jan Dijk  de l’Université de Surrey au Royaume Uni, 26 participants ont été exposés à une semaine de privation de sommeil (en période de privation le temps de sommeil était de ​​5,70 h par 24 heures) comparé à une semaine de sommeil  en quantité suffisante (pendant cette période le temps de sommeil était de 8,50 h). Immédiatement après chaque situation,  des prélèvements sanguins  ont été effectués avec étude de  l'ARN de chaque participant. L’environnement qui pouvait interféré lors de la privation de sommeil a été contrôlé : effets de la lumière, des activités et  de la prise alimentaire.

 

L'analyse de la régulation des gènes a révélé que la privation de sommeil entrainait un fonctionnement des gènes différents. Certains voyaient leur activité augmenter, d’autres au contraire réprimer par le manque de sommeil.  Les gènes qui intervenaient dans la régulation des rythmes ont baissé diminuant donc cette activité. Au total les auteurs ont constaté une augmentation conséquente du nombre de gènes qui ont répondu à la privation de sommeil totale passant  de 122 à 856. Pour les initiés on peut préciser que les gènes affectés par le manque de sommeil touchaient les gènes associés aux rythmes circadiens (PER1, PER2, PER3, CRY2, HORLOGE, NR1D1, NR1D2, RORA, DEC1, CSNK1E), à l'homéostasie du sommeil (IL6, STAT3, KCNV2, CAMK2D), au stress oxydatif (PRDX2, PRDX5 ) et au métabolisme (SLC2A3, SLC2A5, GHRL, ABCA1). Après privation on constate des modifications du pic de secrétion de la mélatonine qui est retardé (cette hormone est la marqueur biologique de l’horloge circadienne qui régit tous les rythmes de l’organisme).

 

Les processus biologiques affectés touche des modifications de la chromatine, la régulation de l’expression génique, le métabolisme macromoléculaire, et les réactions inflammatoires, immunitaires et le stress. Ainsi, le manque de sommeil perturbe considérablement la régulation circadienne des rythmes biologique, et intensifie les effets de la privation de sommeil aiguë totale.

 

D’une manière étonnante ce qui prime dans la privation de sommeil est son retentissement sur le fonctionnement des horloges biologiques. Les effets connus de la privation de sommeil (notament les conséquences sur la régulation métabolique ou sur les défenses immunitaires) seraientt donc principalement la conséquence de cette perturbation des horloges.

 

 

Effects of insufficient sleep on circadian rhythmicity and expression amplitude of the human blood transcriptomeCarla S. Möller-Levet1, Simon N. Archer1, Giselda Bucca1, Emma E. Laing, Ana Slak, Renata Kabiljo, June C. Y. Lo, Nayantara Santhi, Malcolm von Schantz, Colin P. Smith1, and Derk-Jan Dijk1,2

Source PNSA : http://www.pnas.org/content/early/2013/02/20/1217154110

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Soph 28/02/2013 21:28


Vous êtes sûr(e) que la dernière phrase est compréhensible ?

Morphee 03/03/2013 19:05



Effectivement, ce n'était pas d'une clarté absolue... J'ai donc reformulé. Merci de votre attention.